Flâneries à Buenos Aires

Nous sommes arrivés samedi 7 à Buenos Aires et avons passé 5 journées dans la ville.

Plaza de Mayo – Buenos Aires

Entre les siestes pour récupérer du voyage et du décalage horaire, les nombreux préparatifs à régler avant de récupérer le camion (qui feront l’objet d’un article à part entière, ils le méritent !), le rythme de marche des enfants et notre propension à découvrir un lieu en prenant notre temps, nous avons eu seulement un aperçu de la ville. Il reste encore beaucoup de lieux qui valent le détour à découvrir, ce sera pour notre retour, fin juillet – début août.

Les enfants fatiguent vite. Sherpa’Pa ! – Avenida 9 de Julio, la plus grande et la plus large avenue d’Amérique du Sud : 16 voies ! – 2 voies en contre-allée – 4 voies voitures/camions – 2 voies Bus transport en commun -… et la même chose symétriquement dans l’autre sens.

Santa Evita – Av 9 de Julio – Buenos Aires.

Santa Evita

Av 9 de Julio – Buenos Aires

De vieux immeubles coloniaux, repris par la végétation.

Buenos Aires, 14 millions d’habitants avec sa banlieue, est organisée de manière géométrique, un peu à la new yorkaise, ce qui facilite normalement l’orientation (sauf la mienne, trop de logique…). La ville est relativement calme en ce moment car c’est le plein été (équivalent du mois de juillet dans les grandes villes chez nous), et ce week-end c’était même complètement mort. Son charme s’est révélé à nous peu à peu. Je pense que c’est une ville dans laquelle il faut avoir du temps parce qu’il n’y a pas de monuments réellement époustouflants, mais plutôt des ambiances, des styles variés. Béton armé à la bucarestoise, boulevards haussmanniens, petites ruelles pavées, places ombragées très méditerranéennes, conduite à la napolitaine, avenues immenses, street art, marchés artisanaux, voilà le visage de BA que nous avons vu.

« La Defense » made in Argentina !

Jules – Le lien école-Apo

Nous nous sommes déplacés à pied au début mais les distances sont assez importantes pour des jambes de 30 cm, on a donc ensuite opté pour le métro, très bon marché, et parfois le taxi, qui n’est pas très cher non plus.

Borne recharge dans un parc. Ici on recharge les téléphones portables avec des panneaux solaires et les thermos en eau bouillante pour Maté grâce a un chauffe eau solaire !
Le Maté est vraiment une institution ici.

On a aussi pris connaissances de l’offre « parcs avec jeux d’enfants » de la ville, assez fournie, même si les enfants semblent avoir déserté la ville en masse pour rejoindre le sable fin des stations balnéaires alentour.

Eglise – Plaza Dorrego – Buenos Aires

Marché de San Telmo

Un jus d’oranges pressées frais por favor !

Cathédrale de Buenos Aires

Pour le moment, la plupart des gens rencontrés se sont montrés très chaleureux et toujours prêts à nous indiquer un chemin ou à nous céder leur place dans le métro pour qu’on puisse asseoir nos chères têtes blondes. Il faut dire que justement, nos chères têtes blondes ne passent pas inaperçues, surtout Célestin avec sa démarche de cow-boy suédois et son sourire charmeur. Apolline quant à elle commence à lier connaissance grâce aux rudiments d’espagnol « Hola, me llamo Apolline, tengo 4 anos… ».

Nous sommes sur les terres du Pape !

Ici, la piété populaire est partout, même dans un croisement de Métro (Subte)

Pause goûter (environ toutes les 2 heures)

Dans les rues de Buenos Aires

Obélisque de Buenos Aires

Un seul regret : nous n’avons pas pu découvrir la vie nocturne de BA, qui est un de ses atouts, mais bon on ne peut pas tout avoir, les toboggans et les milongas…

Ce contenu a été publié dans Amérique du sud, Argentine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Flâneries à Buenos Aires

  1. Pascale dit :

    Jules sous les gratte-ciel… Il va faire fureur! Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *