Le sud de la Patagonie – De Valdès à Rio Gallegos.

De la steppe, des pingouins, des vagues, du vent, des lions de mer, des volcans, des dinosaures, encore du vent, des arbres pétrifiés, des caps, du froid, toujours du vent, des guanacos, des nandous, des lignes droites et … du vent : de Valdès à Rio Gallegos, la Ruta 3 nous a fait traverser des paysages arides et désertiques. Voici une visite express en quatre arrêts, mettez votre coupe-vent et vos lunettes de soleil (on est sous le trou de la couche d’ozone), c’est parti :

Una visita rapida de 4 lugares entre la Peninsula Valdès y Rio Gallegos, siguiendo la Ruta 3 (De Buenos Aires hasta Ushuaia) : Trelew y el museo paleontologico (con el dinosauro màs grande del mundo); Camarones y el Cabo dos Bahias para ver los puinguinos de Magallanes y los leones de mar ; el monumento nacional los bosques petrificados (impresionante, en un paisaje volcanico y desierto) ; Puerto San Julian, donde Magallanes llego a Americana y el parque nacional Monte Leon (con Pumas pero nos los hemos visto…) : buen viaje !

* Arrêt n°1 : la région de Trelew
C’est ici que sont arrivés les colons Gallois au 19ème siècle. Leurs descendants représentent encore 20% de la population et quelques localités, comme Gaïman, aux maisons de brique, témoignent encore de leur installation. Les Gallois s’intéressent aujourd’hui à cette région en tant que microcosme préservé de leur culture, nous avons d’ailleurs croisé un car de British retraités fiers de voir flotter leur drapeau sur la façade du salon de thé (bon, installé pour leur venue et enlevé tout de suite après) et la ville a conservé la tasse dans laquelle Lady Diana a bu son thé en 1995.

Trelew abrite un musée paléontologique avec la plupart des squelettes de dinosaures découverts en Patagonie, dont le plus gros dinosaure du monde. On a même pu toucher un tibia de Tyrannosaure !

L’une des plus grosses ammonites du monde : 1,70 m de diamètre !!

Je crois l’un des fossiles le plus impressionnant !

*Arrêt n°2 : Camarones et le Cabo Dos Bahias
Village de pêcheurs du bout du monde. On se croirait au Groënland (d’ailleurs il fait 15°C, on entre dans l’ère glaciaire nous aussi). Camarones est un joli petit village, très calme. A quelques kilomètres de là, le Cabo Dos Bahias mérite aussi le détour, pour le paysage et sa colonie de manchots de Magellan.

Des guanacos, visibles tout le long de la route 3

Le barbecue (assado) est vraiment partout et démultiplié !)

Petite pause à côté des lions de mer de Caleta Olivia (horrible ville), et c’est reparti.

*Arrêt n°3 : Les arbres pétrifiés du Parque Nacional Bosques Petrificados
A 50 km de la Ruta 3 par du ripio, on entre dans une aire volcanique absolument désertique : on a l’impression que l’on va croiser un diplodocus au prochain carrefour (enfin façon de parler car bien sûr, il n’y en a pas, de carrefour). Phénomène presque unique au monde, on peut voir ici des arbres types araucanias âgés de 150 millions d’années et conservés à l’identique. Voici l’explication sommaire : après une grande éruption volcanique alliée à des vents très puissants, les arbres sont tombés et ont été recouverts par les cendres. Ils ont ainsi été protégés et conservés, version Pompéi. La silice contenue dans la cendre volcanique et l’eau se sont petit à petit (plusieurs millions d’années) introduites dans les cellules de l’arbre et les ont remplacées, comme clonées. On peut donc contempler des troncs d’arbres métamorphosés en pierre qui ont traversé les âges (c’est sûr qu’ici ils ne risquaient pas d’être dérangés par la civilisation…) et qui viennent nous parler de la nuit des temps (enfin du crépuscule en tout cas).

Tout ceci n’est que pierre !

86 km de piste difficile pour aller voir ces arbres pétrifiés mais le jeu (futur dans la direction…) en valait la chandelle !

Le bûcheron préhistorique a fait de belles grumes !

Arrêt n°4 : San Julian et le Parque Monte Leon
Pour finir, retour sur le bord de mer dans le port qui a vu débarquer, un beau jour de l’année 1520, un certain Magellan. La ville a fait une réplique de son bateau, installée face à la mer, et commémore la première messe célébrée en Argentine. Belle hâlte, quoique peu animée.

La réplique grandeur nature du bateau sur lequel Magellan a traversé l’océan !

Un peu au Sud, visite du Parque Monte Leon, sa colonie de manchots de Magellan (oui, encore, on commence à devenir blasés), ses lions de mer et ses pumas, que nous n’avons pas vus.

Et nous voilà à Rio Gallegos, au croisement entre la Ruta 3 et la Ruta 40. J’espère que le voyage vous a plu, vous manquez de verdure et de montagnes, nous aussi, ça viendra, patience dans l’azur. Pour l’heure, direction le bout du monde !

Ce contenu a été publié dans Amérique du sud, Argentine, Carnet de route. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Le sud de la Patagonie – De Valdès à Rio Gallegos.

  1. Matou dit :

    Qué felicidad imaginarles viviendo su sueño. On est avec vous!!

  2. Sophie. M dit :

    Super dépaysement. On voyage un peu aussi. Continuez les photos de manchots. On est fan avec lola.
    Bizzz

  3. Catherine Allirot dit :

    …Super de voyager avec vous.
    Les paysages sont magnifiques et les commentaires qui accompagnent les photos bien intéressants.
    Au plaisir de vous lire encore.
    Bises

  4. chrichri dit :

    Et la vie dans le camion ? Parlez-nous un peu de votre quotidien, de votre organisation. Comment vous vous en sortez ? On est curieux ! 🙂

    Il y a une aventure humaine aussi, sans dévoiler votre intimité familiale bien sûr. Et le pauvre Bison est un peu oublié aussi 😉

    Sinon toujours top les photos et le récit !

  5. Pascale dit :

    Que c’est beau! Merci de partager ces magnifiques photos!
    et Jules dans la gueule du dinosaure va faire fureur…

  6. Coucou les petits Français en vadrouille.
    Très jolies photos et commentaires. Certaines choses que nous avons vu et d’autres que l’on découvre par vos photos. Nous sommes arrivés à Junin de Los Andes et nous sommes contents de trouver moins de vent et de la verdure depuis quelques jours. Bonne route

Répondre à Catherine Allirot Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *