Ville tentaculaire, Buenos Aires

Retour à l’expéditeur et dernier tango: nous venons de passer dix jours à Buenos Aires, entrecoupés par une excursion aux chutes d’Iguazu, et nous nous sommes laissés gagner par le charme un peu bohème, un peu hipster, moderne et fané tout à la fois de la capitale argentine. Métro, bus, taxis, marche : nous avons arpenté le plan quadrillé de la ville en long, en large et en travers, exploitant les offres d’activités pour enfants en ces semaines de vacances d’hiver.

Dans le même temps, on a redécouvert les joies simples d’une douche insouciante quant à la consommation d’eau (bon certes avec une vague culpabilité écologiste sur la fin), d’une partie de cache-cache en intérieur, du luxe de pouvoir fermer une porte derrière soi…

Nous avons visité le quartier de la Boca aux maisons de tôles colorées. Lieu de naissance du tango, quartier quelque peu mal famé (on a été rattrapés par des Argentins qui nous ont dissuadés de continuer notre chemin au moment où on essayait de s’éloigner des rues en carton pâte pour touristes), c’est un des endroits les plus touristiques de la ville, ce qui lui fait perdre un peu d’âme mais assez agréable tout de même.

Les « stars » argentines sont partout et rassemblées pêle-mêle : Maradona, le pape François, Lionel Messi côtoient Mafalda, Che Guevara, Eva Peron…

Rapide city sightseeing tour :

Fleur héliotrope, 2002, quartier de Palermo

Museo de los ninos, reconstitution d’une ville à hauteur d’enfants, à grand renfort de publicités…

Eglise San Ignacio, la plus vieille de la ville, manzana de las luces

musée des Beaux-Arts

Obélisque

MALBA

MALBA

MALBA

Musée des Beaux Arts, exposition sur l’artiste contemporain argentin, Noé

Jardin japonais, en plein coeur de la ville

File d’attente très ordonnée pour attendre le bus, comme toujours

Casa rosada

Puente de la mujer, censé représenter un couple qui danse le tango…

Parcours Mafalda

Comme partout en Argentine, c’est très facile de visiter avec des enfants. Figurez-vous par exemple qu’à chaque entrée dans un bus ou un métro, il faut moins de 20 secondes avant que quelqu’un ne se lève et propose sa place aux enfants et à leur mère (oui, on est sympa mais un peu macho quand même), incroyable.

Buenos Aires a été une belle transition, un peu pluvieuse certains jours, vers le retour.

A bientôt pour la suite des épisodes vidéo, les bilans et d’autres aventures pour sûr !

Ce contenu a été publié dans Amérique du sud, Argentine, Carnet de route. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *